TICAD 7: L’Afrique dispose de nombreuses ressources naturelles et humaines

TICAD 7: L’Afrique dispose de nombreuses ressources naturelles et humaines

my-portfolio

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont inauguré hier jeudi matin la séance du dialogue d'affaires entre les

Assainissement de la ville de Ouagadougou : Un plan communal en élaboration
Burkina Faso : Un salon de la coopération pour le développement est né
1re édition du SIA : Défi relevé pour les organisateurs

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont inauguré hier jeudi matin la séance du dialogue d’affaires entre les secteurs privé et public, tenue dans le cadre de la TICAD 7 qui clôture ses travaux aujourd’hui, 30 août. 

« L’Afrique est une des régions les plus attractives pour les investissements », a souligné Al-Sissi, dans son allocution d’ouverture. Il a ajouté que « la relation entre les secteurs public et privé est vitale et vise à réaliser le développement souhaité de nos peuples ».

« Réaliser un essor économique puissant n’est pas seulement la responsabilité des gouvernements mais cela exige un partenariat constructif avec le secteur privé comme force motrice principale de la croissance, au côté du rôle solide de l’Etat en tant que soutien, organisateur et promoteur de l’activité économique », a expliqué le Chef de l’Etat.

Le Président a évoqué le rôle vital du secteur privé pour réaliser le développement socio-économique, ce secteur jouissant de grandes potentialités lui permettant d’assumer un rôle efficace dans tous les domaines socio-économiques ainsi que de contribuer largement à la croissance économique sur le long terme et faisant de lui la source essentielle d’emplois et d’augmentation des revenus.

L’Afrique dispose de nombreuses ressources naturelles et humaines et possède une position géographique de prédilection, ce qui contribue à attirer davantage d’investissements en provenance des partenaires au développement, qui, espérons-le, renforcera les chances de réaliser le développement et d’améliorer les taux de croissance, a-t-il renchéri.

Les pays de l’Union Africaine ont formulé les objectifs de l’agenda de développement 2063 qui est devenu une référence pour tous les pays africains en vue d’atteindre l’objectif de complémentarité économique et d’intégration régionale.

Nous avons établi l’organe d’exécution du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) dans le but d’exécuter nombre de projets d’infrastructures et d’énergie dans le continent et sommes parvenus à lancer la phase exécutive de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) qui aura un rendement commercial et d’investissement important sur le développement et la prospérité des peuples du continent, a-t-il poursuivi.

Ces démarches ont affirmé au monde la volonté politique des pays africains à entamer une nouvelle étape prometteuse de développement, de modernisation et de progrès, via la coopération avec les institutions du secteur privé, a précisé le Chef de l’Etat.

Les pays africains accordent une grande importance à la coopération avec les institutions d’investissements du secteur privé dans les projets d’infrastructures, d’énergie, de transport, de télécommunications et de technologies, ceci étant indispensable pour récolter les fruits de la ZLECA, pour promouvoir les échanges commerciaux entre les pays africains et attirer davantage d’investissements dans les secteurs concurrentiels, a-t-il dit.

Le Président égyptien a par ailleurs souhaité que cette séance jette la lumière sur les efforts déployés par les gouvernements pour conforter leur coopération avec le secteur privé et sur les défis rencontrés pour encourager la création de partenariats entre les secteurs privés africain et japonais pour un meilleur avenir, lit-on sur la Mena.

Nous ne ménagerons aucun effort pour consolider l’action conjointe entre les pays africains ainsi qu’entre ces derniers et les partenaires au développement, dans l’objectif de rapprocher les points de vue et de trouver des solutions à tout obstacle entravant les activités du secteur privé, a-t-il noté.

Le Raïs a finalement invité les institutions du secteur privé japonais à connaître les opportunités d’investissements en Afrique.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :