SIA 1re édition : Nestor Batio Bassière a planté l’arbre

SIA 1re édition : Nestor Batio Bassière a planté l’arbre

my-portfolio

Le Salon international de l’arbre (SIA) a ouvert ses portes ce mercredi 20 juin 2018 au parc de Bangr-wéogo à Ouagadougou, capitale burkinabè sous le thème : « Multi-usage de l’arbre : efficience et durabilité ». La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence de chefs coutumiers et d’officiels avec à leur tête, Nestor Batio Bassière, ministre en charge de l’environnement. A l’issue de la cérémonie, le ministre a planté l’arbre ; pardon, le décor. En effet, il a planté un arbre symbolique, comme pour dire que ce doit être le premier d’une longue série.

Eau, hygiène et assainissement : La radio Buayaba enseigne les bonnes pratiques à Fada N’Gourma
Environnement : Des gestes simples pour réduire la pollution atmosphérique
Climat des affaires au Burkina : Les chefs d’entreprise discutent avec le ministre de l’économie

Le président du MEcB espère à travers le SIA, favoriser un meilleur agissement en faveur de l’arbre, ‘’qui est signe de vie‘’

Le monde compte aujourd’hui 60 065 espèces d’arbres différentes dont jusqu’à 9 600 sont menacées d’extinction. Pour le Mouvement économique burkinabè (MEcB), initiateur du SIA, l’arbre est ‘’indispensable pour préserver la biodiversité et accompagner la croissance économique dans le monde‘’. En effet, il est connu que l’arbre est la principale source d’énergie au Burkina et contribue à la médecine et à la sécurité alimentaire.

La tenue du Salon international de l’arbre s’impose donc comme une nécessité afin de contribuer à la ‘’valorisation de l’arbre et à la prise de conscience massive sur son importance‘’. C’est dans cette lancée que le ministre Bassière, patron de la cérémonie, a salué le lancement du SIA. Il a d’autant plus apprécié le choix du thème qui, dit-il, ‘’vient nous rappeler une mission et susciter davantage de la part de chacun plus d’engagement pour le renforcement et l’utilisation durable des arbres‘’. D’ailleurs, souligne-t-il, ce salon « s’inscrit parfaitement dans les préoccupations majeures du gouvernement ».

En outre, le ministre s’est intéressé aux différents stands d’exposition de produits dérivés des arbres. Il a échangé avec les exposants et promis à certains de les recontacter. Pour finir, il a mis en terre un plant pour donner l’exemple.

Le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique en pleine visite de stands

L’heure de l’action a sonné

Le président du MEcB, Lazare Doulkom, rappelle les résultats d’une étude de la FAO qui donnent l’Afrique comme le continent ‘’qui a enregistré la perte annuelle nette la plus élevée en matière de déforestation au cours de la période 2010-2015, avec 2,8 millions d’hectares‘’. Il regrette aussi que la couverture forestière au Burkina soit en deçà de 15% alors que ‘’la norme internationale exige 30%‘’. ‘’C’est trop, c’est inquiétant‘’, lance-t-il ; et l’heure de l’action a sonné. Pour lui, il ne sied pas que ‘’nos enfants découvrent certaines espèces d’arbres seulement dans les livres‘’. Pour ce faire, les techniciens qui vont se rencontrer dans les ateliers et conférences vont travailler et trouver des propositions concrètes en faveur de l’arbre qui seront soumises aux autorités. Pour sa part, Nestor Bassière promet de ne ménager aucun effort pour accompagner la mise en œuvre des dites recommandations.

En rappel, le MEcB est une association créée en 2005. Membre du Secrétariat permanent des ONG et du

Une photo de famille a sanctionné la cérémonie d’ouverture de la 1re édition du SIA

ReSaD, le Mouvement intervient dans la diffusion d’informations environnementales, la valorisation des produits forestiers non ligneux, la récupération des terres dégradées, l’éducation environnementale, la lutte contre le changement climatique et la désertification, etc.

 

 

 

 

 

Yves Zongo

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :