Protection des ressources naturelles : La REDD+ pour séquestrer le carbone

Protection des ressources naturelles : La REDD+ pour séquestrer le carbone

my-portfolio

La Direction générale de l’économie verte et du changement climatique à travers son secrétariat technique national de REDD+, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Sapouy, un atelier de mise en place, de formation et d’élaboration de plans d’actions communaux REDD+ des communes de Sapouy et de Bakata.

De nouvelles variétés de riz KBR pour booster la production au Burkina Faso
Hygiène et assainissement : WaterAid outille des acteurs sur le changement de comportement
Traitement de déchets d’orpaillage traditionnel au Mali : Golden united group du Soudan s’installe dans le cercle de Kéniéba

«En une année, j’absorbe 22 kg de CO2. Tout ce que je vous demande en retour, c’est de me laisser vivre ». Tel est le cri du cœur de l’arbre et tout le monde est interpellé. En réponse à ce cri du cœur, la Direction générale de l’économie verte et du changement climatique a initié le concept REDD+ pour la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts. L’objectif de la REDD+, c’est de parvenir à conserver les forêts afin d’améliorer les stocks de carbone forestier.

Ce qui va naturellement réduire les émissions de gaz à effet de serre, causes du changement climatique. L’atelier de Sapouy qui a regroupé les représentants des différentes couches sociales des communes de Bakata et de Sapouy, a permis l’installation officielle des membres des différents organes de la REDD+ que sont : les comités communaux présidés par les maires et les cellules techniques communales présidées les secrétaires généraux des mairies. Sitôt installés, ces membres ont vu leurs capacités renforcées à des communications sur leurs attributions et tâches.

Ils ont été sensibilisés aux effets du changement climatique et a l’état d’avancement du processus REDD+. Selon le communicateur, Sayouba Sigué, de la Direction générale de l’économie verte et du changement climatique, les travaux de groupe ont permis aux participants de faire la synthèse des travaux organisés à travers les fora villageois. Ce faisant, chaque commune a sélectionné trois activités prioritaires par secteur (assèchement des cours d’eau, la dégradation des sols, la déforestation) à mener à travers un plan d’actions.

Comme perspectives, la REDD+ entend intensifier ses actions dans la gestion durable des aires protégées, appuyer les communes dans la gestion durable des ressources naturelles et encourager des appels à projet pour la promotion de conservation, de la gestion durable des forêts et l’amélioration du stock de carbone forestier. La promotion des chaînes de valeurs à fort potentiel ne seront pas en reste dans son programme.

Au terme des travaux, le préfet de Sapouy Siaka Ouattara et le 1er adjoint au maire Sidiki Nama, ont salué les résultats atteints et se sont engagés à accompagner les différents acteurs pour la réussite du projet. Ils ont aussi exhorté les participants à relayer les informations reçues auprès des populations pour une adhésion totale au projet. Angélina Ido et Katiamoin Benon, respectivement des coopératives «Néveliya» et des maraîchers de Sapouy, ont promis de jouer pleinement leur partition dans leurs entités pour la valorisation du couvert végétal.

Source: sidwaya.info

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0