Plus de sachets plastique au Burundi à l’horizon 2020

Plus de sachets plastique au Burundi à l’horizon 2020

my-portfolio

Après le Rwanda, le Kenya, la RDC et le Bénin, c’est au tour du Burundi d’engager sa lutte contre les sacs en plastiques. Le gouvernement burundais vient  d’introduire un projet de loi visant à interdire ces sacs à partir de 2020. Ce projet de loi va sans doute contribuer à la protection de l’environnement.

Les dérèglements climatiques font augmenter la faim dans le monde
LANCEMENT DE LA CAMPAGNE DE REFORESTATION 2018 AU BURKINA FASO
JME : Batio Bassière prône la mobilisation quotidienne de tous

L’année 2018 peut-elle être considérée comme le tournant de la lutte contre la pollution plastique ? Au regard de certains actes, il est fort probable que ce soit le cas. Ces derniers temps, de nombreux pays comptent légiférer sur l’interdiction, partielle ou totale, des sacs plastiques, comme par exemple le Chili. Les pays africains ne sont pas en marge, certains pays, comme le Rwanda, ont mis en place une législation très stricte, qui doit être  respectée au pied de la lettre, sous peine d’encourir des peines allant jusqu’à la prison. D’autres pays, comme la RDC ou le Kenya, tentent d’emboîter le pas, mêmes si tous ne connaissent pas le même succès.

Fabriquer, importer, vendre, utiliser du plastique sera interdit

Le président burundais Pierre Nkurunziza a ainsi décidé d’interdire les sacs plastiques dans un délai d’un an et demi, selon un décret présidentiel consulté le 14 août 2018 par l’AFP. Cela reporte l’entrée en vigueur du texte à 2020. « La fabrication, l’importation, le stockage, la vente et l’utilisation de tous sachets et autres emballages en plastique sont interdits » , selon ce texte signé par M. Nkurunziza. « Un délai de grâce de 18 mois est accordé, à compter de l’entrée en vigueur du présent décret, pour écouler les stocks disponibles et les commandes déjà passées », indique toutefois le texte, ce qui précise que l’interdiction sera effective en 2020.

Une exception à la loi anti plastique

Le décret prévoit également des « dérogations » pour les sachets et les sacs en plastique biodégradables, les matériels en plastique utilisés dans les services médicaux, dans l’emballage industriel et pharmaceutique » notamment. Ces dérogations seront accordées par une autorisation spéciale. Tout en reconnaissant le caractère utile de  cette décision, nous osons espérer que sa  mise en œuvre ne fera pas ressortir un large fossé entre  l’application et la réalité.

Priva Belem

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0