Les pays africains discutent à Tunis de la gestion de l’eau dans le cadre d’une vision à atteindre d’ici 2025

Les pays africains discutent à Tunis de la gestion de l’eau dans le cadre d’une vision à atteindre d’ici 2025

my-portfolio

TUNIS, 2 juillet (Xinhua) -- La capitale tunisienne abrite la 7e Assemblée générale du Réseau africain des organismes de bassin (RAOB), qui démarre ce

Bobo Dioulasso : Les personnes affectées par les travaux de construction du barrage de Samandeni expriment leur ras le bol
La Société des Mines de Taparko (SOMITA SA) recrute: Préposé aux réactifs
Le Groupe de la Banque mondiale organise et diffuse en direct sur internet un marathon économique de 24 heures

TUNIS, 2 juillet (Xinhua) — La capitale tunisienne abrite la 7e Assemblée générale du Réseau africain des organismes de bassin (RAOB), qui démarre ce mardi pour se poursuivre jusqu’au 5 juillet sous le signe « La réalisation de la vision africaine de l’eau à l’horizon 2025 ».

« Cette 7e Assemblée générale, organisée pour la première fois en Tunisie en collaboration avec l’Observatoire du Sahel et du Sahara (OSS), vise à mettre à l’examen plusieurs questions en relation directe avec la gouvernance de l’eau, le changement climatique, les eaux souterraines et le financement durable du réseau », a souligné la présidente du RAOB, Judith Enaw, lors d’un point de presse.

Selon elle, « cette réunion statutaire sera une opportunité pour les membres et partenaires du réseau de discuter des activités du RAOB, d’évaluer la mise en œuvre de son plan d’action 2014-2019 et de définir une feuille de route pour le plan d’action 2020-2024 ».

Hamed Diane Séméga, secrétaire technique permanent du RAOB, a indiqué que « les nouvelles orientations qui seront prises à l’occasion de cette assemblée favoriseront un appui pertinent au Conseil des ministres africains chargés de l’eau (AMCOW) sur des dossiers en étroite liaison avec la gestion des eaux transfrontalières en Afrique ».

Pour lui, « il s’avère de plus en plus impératif d’accompagner l’AMCOW dans son plaidoyer pour le droit à l’eau et à l’assainissement pour la communauté africaine (…) le réseau est menacé, de nos jours, par le manque de financements dont les impacts sont directs sur son fonctionnement et sa capacité à accomplir sa mission ».

M. Séméga a sollicité l’ensemble des partenaires afin de mobiliser les moyens nécessaires pour garantir la « survie » du RAOB.

Le RAOB a été fondé en 2002 à Dakar (Sénégal) et se présente, depuis lors, comme un réseau volontaire d’organismes appelés à coordonner et renforcer l’inter-coopération des organismes africains de bassin. Le réseau veille à promouvoir la gestion intégrée des ressources en eau au niveau des bassins fluviaux et lacustres ainsi que des aquifères, au service du développement durable et de l’instauration d’un cadre régional capable de soutenir et échanger les expériences entre les membres du réseau.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :