JME : Des jeunes créent des vêtements recyclés ou biodégradables

JME : Des jeunes créent des vêtements recyclés ou biodégradables

my-portfolio

Le mardi 05 juin, le Burkina célébrait en communion avec les autres pays du monde, la Journée mondiale de l’environnement (JME). La JME est pour le ministre Bassière, une occasion d’approfondir les réflexions sur les solutions possibles aux préoccupations environnementales. Cette 46e édition est placée sous le thème : « Lutte contre la pollution au plastique ».

Sécurisation foncière : Un projet pour défendre les petits exploitants agricoles
Divina Distribution : « Nos produits sont entièrement naturels, sans colorant ni conservateur », Epiphanie Kiénou
Eau, hygiène et assainissement : La radio Buayaba enseigne les bonnes pratiques à Fada N’Gourma

Le ministre Bassière précise que la célébration de la JME au Burkina sera faite en différé

Le Burkina Faso est un grand « consommateur » de plastique. En 2010, « notre pays a enregistré 6 000 000 de tonnes de déchets plastiques (…) », rappelle le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Nestor Batio Bassière. Cela avait d’ailleurs valu l’adoption de la loi portant interdiction de l’importation, de la production, de la commercialisation et de la distribution des sachets et emballages plastiques non biodégradables, qui est rentrée en vigueur le 21 février 2015.

Pour le ministre, Nestor Batio Bassière, le thème choisi « est assez évocateur au vu des impacts négatifs des déchets plastiques sur l’environnement, l’économie et la santé humaine ». Pour lui, la prévention des déchets plastiques est un impératif, convaincu que le meilleur déchet est « celui qui n’est pas produit ». S’il signale que des efforts sont consentis dans cette optique, il reconnait toutefois qu’il reste encore beaucoup à faire. Son département, rappelle-t-il en outre, a engagé un certain nombre d’actions en vue de faire face au péril plastique. Pour finir, le ministre propose aux populations burkinabè quelques comportements nécessaires à l’aboutissement du combat contre la pollution au plastique. Il s’agit de : se doter de poubelles ; dire non au plastique jetable ; organiser des opérations de salubrité ; utiliser des sacs en tissus pour les achats.

13 000 000 de tonnes de plastiques déversées chaque année

L’ONU invite à un comportement mondial plus responsable

La JME a aussi été célébrée partout en Afrique, mais de manière plus particulière chez certains. En effet, au Kenya, en marge de la célébration de cette journée, les créateurs de mode ont frappé fort. Le défilé organisé dans le cadre de l’évènement a vu les mannequins vêtus de tenues recyclées ou biodégradables. Pour les concepteurs, il s’agit d’initier une mode plus éthique et écolo.

La pollution au plastique n’est pas l’affaire d’un seul pays ou continent. Elle touche tous les pays du monde. La pollution s’avère une véritable menace pour la terre. D’où la sonnette d’alarme tirée par l’Organisation des Nations-Unies qui affirme que 13 000 000 de tonnes de plastiques sont déversées dans les océans chaque année.

Il est encore temps de prendre des mesures pour que notre planète bleue ne change de couleur.

Yves Zongo

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :