Gouvernance des ressources minérales : Le CGD outille les journalistes

Gouvernance des ressources minérales : Le CGD outille les journalistes

my-portfolio

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé une formation des journalistes sur la gouvernance des ressources minérales, le mardi 20 ma

Burkina : Essakane met en service la plus grande centrale hybride fioul-solaire du monde
Exploitation minière : B2 Gold, une société à l’écoute de sa communauté d’accueil
Responsabilité sociétale des entreprises: B2 Gold, ce partenaire social qui dépense sans compter

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé une formation des journalistes sur la gouvernance des ressources minérales, le mardi 20 mars 2018 à Ouagadougou. Il s’est agi d’échanger entre autres sur les principes du droit minier, les réformes et les innovations du code minier.

Parmi les questions qui ne font pas l’unanimité au Burkina Faso, figure celle des ressources minérales. L’impact des industries extractives est remis en cause par bon nombre de personnes. A travers cette formation, le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) compte faciliter la tâche pour une bonne compréhension des œuvres journalistiques par la population. « Pour le CGD, renforcer les capacités des journalistes sur le traitement du secteur minier, c’est contribuer à plus de transparence au niveau local », a justifié le chargé de suivi-évaluation du CGD, Simon Pierre Douamba.

Selon les organisateurs, cette action figure dans l’un de leurs axes de la stratégie 2018-2022. Lors de sa présentation, le formateur, consultant du CGD, Adrien Somda, a indiqué que « la bonne gouvernance sur les ressources minérales est l’environnement juridique et institutionnel qui promeut la transparence et la responsabilisation de manière efficace ». Et de préciser que la bonne gouvernance ne se limite pas à l’information sur les transactions de recettes courantes.

Pour Adrien Somda, elle couvre également la communication de données sur :

 Les dépenses financées par recettes,
 Le solde budgétaire hors ressources naturelles,
 Toutes dettes ou passifs conditionnels utilisant ses ressources comme garantie,
 Tous les avoirs financiers y compris ceux découlant des recettes provenant des ressources naturelles,
 La valeur estimée des avoirs en ressources naturelles,
 Les activités quasi budgétaires et les risques financiers liés à la mise en valeur des ressources naturelles.

Au cours de cette formation, les hommes de médias ont échangé autour de quatre modules à savoir : 
 Notion de gouvernance dans le secteur extractif ; 
 Les grands principes du droit minier ; 
 Les réformes et innovations du code minier ;
 Les fonds miniers.

A en croire Adrien Somda, au sortir de cette formation, il revient à chaque journaliste selon sa prédisposition sur une thématique donnée, de pousser plus loin ses recherches. En se basant sur les textes, il revient à chaque journaliste de se poser les bonnes questions lors de la collecte et du traitement de l’information.

Source: LeFaso.net

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :