Exploitation minière : B2 Gold, une société à l’écoute de sa communauté d’accueil

Exploitation minière : B2 Gold, une société à l’écoute de sa communauté d’accueil

my-portfolio

Ce jeudi 12 avril, la société minière B2 Gold procédait à une remise officielle d’infrastructures au village Mankaraga V8 dans la province du Ganzourgou. Des dons auxquels les populations ont assisté en grand nombre. Mais ces dons traduisent-ils le besoin réel des bénéficiaires ? Comment apprécient-ils les joyaux reçus ?

Recettes minières : « Nous sommes passés de 190 milliards en 2016 à 226 milliards en 2017 » (Oumarou Idani, ministre des mines et des carrières)
Bobo Dioulasso : Les personnes affectées par les travaux de construction du barrage de Samandeni expriment leur ras le bol
JME : Batio Bassière prône la mobilisation quotidienne de tous

Raphaël Zoungrana, directeur/pays de B2 Gold affirme avoir « opté pour une approche participative avec les populations pour leur propre développement ». « Pour ce faire, poursuit-il, nous devions connaitre le besoin des populations pour les accompagner dans ce sens. » C’est dans ce cadre que cette 4e journée de Responsabilité sociale d’entreprise (RSE) s’est déroulée. Les populations ont bénéficié entre autres d’un moulin à grains, d’une école normalisée, d’un CSPS et de forages.

Ce groupe de femmes s’est dit comblé par le geste de B2 Gold

Finis les kilomètres interminables pour accoucher

Raphaël Zoungrana soutient que sa société s’inscrit dans la « dynamique de l’écoute des attentes de ses employés, clients ou fournisseurs et des communautés d’accueil ». Mais les infrastructures offertes l’ont-elles été en conformité avec le besoin des populations ?
Avant le début de la cérémonie officielle, un certain nombre d’habitants de la localité se sont exprimés. Jeunes et vieilles, ils sont unanimes : c’est une joie immense qui les anime à la suite de la construction du CSPS dont ils viennent de bénéficier. Ils affirment que par ce don, B2 Gold leur arrache une épine du pied. En effet, confie un groupe de femmes, il fallait parcourir de longues distances (Ndlr : parfois 20km) pour des soins ou même pour un accouchement. D’où leur satisfécit d’avoir un CSPS flambant neuf tout près. Pour manifester leur joie, elles s’apprêtent esquisser des pas de danse. Elles ont également fait pleuvoir des bénédictions sur les responsables de la société minière.

Par ailleurs, bien que comblées, les femmes ont formulé d’autres doléances à l’endroit de leur bienfaiteur. Il s’agit notamment « d’un puits et un moulin ». Toute chose qui était déjà prévue dans les dons du jour à travers le moulin et les forages. Comme quoi, B2 Gold est effectivement à l’écoute de la communauté. Un point à son honneur.

L’ex-directeur de l’école nouvellement normalisée, tout heureux

Rompre avec la « politique de la main tendue »

 Les femmes ne sont pas les seules comblées de la journée. Augustin Dembré, ancien directeur de la nouvelle école normalisée s’est dit aussi très heureux. Pour lui, il y avait un besoin « crucial en infrastructure ». En effet, explique-t-il, l’école n’avait que trois classes dont une salle empruntée au village et deux hangars. Cette normalisation vient, dit-il, « nous soulager ». Mais il confie que la société a d’abord exigé un engagement de la part des populations avant de les accompagner. Un engagement qui s’est matérialisé notamment par l’apport en main d’œuvre. Pour Raphaël Zoungrana, cette exigence a pour but de rompre avec la « politique de la main tendue ». Car, dit-il, il ne faut pas que les gens attendent toujours, passifs, que l’on vole à leur secours. Il faut, pense-t-il, que les populations s’engagent d’abord à la hauteur de leurs limites pour prouver leur détermination. Après cela, la société se fera le plaisir de les accompagner.

Yves Zongo

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0