Burkina Faso : La Banque mondiale soutient un plan d’investissement pour une agriculture climato-sensible

Burkina Faso : La Banque mondiale soutient un plan d’investissement pour une agriculture climato-sensible

my-portfolio

La Banque mondiale au Burkina Faso et le Ministère de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles, ont tenu un atelier le mardi, 3 mars 2020, pour valider un plan d’investissement de l’agriculture intelligente face au climat du Burkina Faso. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’agriculture, Dr Lamourdia Thiombiano, représentant son ministre.

Côte d’Ivoire : Le cri du cœur des opérateurs économiques des pays de l’hinterland
Banque mondiale : 50 années d’intervention au Burkina retracées en images
Construction ferroviaire : Le gouvernement ghanéen et une entreprise locale signent un contrat sur 102 Km

L’agriculture intelligente, selon le Dr Lamourdia Thiombiano, est une agriculture qui innove face aux phénomènes nouveaux tels que les défis du changement climatique, les criquets pèlerins, la sècheresse, les nouvelles maladies comme les chenilles légionnaires, etc. Il est alors important, selon lui, de repenser la façon dont l’agriculture doit être menée, pour faire face à ces problèmes, protéger mieux les sols des risques d’érosion et de dégradation et améliorer la santé des sols pour une productivité plus soutenue.

Pour Christophe Rockmore, représentant résident par intérim de la Banque mondiale, il est Inutile de rappeler que le changement climatique est une des menaces pour la planète. L’agriculture étant considérée comme l’activité humaine la plus dépendante des variations climatiques, planifier, c’est anticiper sur cette menace.

C’est ce qui, selon lui, a poussé la Banque mondiale, dans son plan stratégique 2016-2020, à se fixer pour objectif d’accompagner 40 pays, dont le Burkina Faso, pour l’élaboration de profils et plans d’investissement d’agriculture intelligente face au climat. Il ajoute que la Banque mondiale veut soutenir le Burkina Faso, où l’agriculture joue un rôle très important dans la production des richesses, à avoir des investissements pérennes dans le domaine agricole, à travers ce plan.

Le processus d’élaboration du plan d’investissement de l’agriculture climato-intelligente (AIC) pour le Burkina Faso a été lancé le 19 août 2019, à la faveur de l’Initiative pour l’adaptation de l’agriculture africaine au changement climatique – initiative AAA.

Selon Lamourdia Thiombiano, lors de l’atelier de lancement, les experts nationaux avaient identifié et validé 10 investissements prioritaires de l’AIC, nécessaires pour renforcer la résilience des cultures et améliorer les rendements de près de 1,7 million de bénéficiaires directs, en les aidant à s’adapter au changement climatique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Ces investissements prioritaires ont été par la suite renseignés et affinés par les experts de CIIAT, ICRISAT et WASCAL, puis classés en investissements nationaux pour le renforcement des capacités, du financement, de la résilience et en investissements intelligents face au climat pour soutenir l’adaptation des systèmes de production agricole en introduisant des pratiques intelligentes face au climat. Au présent atelier, il s’agira pour les experts de repasser en revue ces 10 investissements prioritaires consolidés, d’examiner et analyser sans complaisance la pertinence des informations qui y sont livrées, en vue de leur validation.

Le représentant résident de la Banque mondiale, Christophe Rockmore, se dit conscient qu’un plan d’investissement d’une agriculture climato-sensible, demande une bonne organisation des acteurs pour la mobilisation des ressources et pour sa mise en œuvre concrète sur le terrain. C’est pourquoi, il en appelle à la solidarité des acteurs concernés à travailler main dans la main pour l’aboutissement du projet.


Source: Lefaso.net

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :