Burkina Faso: ICCO Coopération sensibilise six institutions de microfinance sur la gestion du risque

Burkina Faso: ICCO Coopération sensibilise six institutions de microfinance sur la gestion du risque

my-portfolio

ICCO coopération a réuni six institutions de microfinance à Ouagadougou, pour une sensibilisation sur la gestion du risque en matière de crédit, dans le cadre de son programme STARS. L’ouverture de cet atelier, qui s’est tenu le jeudi 16 janvier 2020, a été prononcée par Biba Corine Nikiema, cheffe de Département des politiques et partenariats et de la coordination des interventions, au Secrétariat permanent de la microfinance, représentant le ministre des Finances du Burkina.

Lutte contre le paludisme : Kopélin bénéficie de la générosité de B2 Gold
Burkina : Les salaires des fonctionnaires d’Etat bientôt remaniés
Facilitation de l’agrobusiness: Impliquer le secteur privé

Le programme STARS (Renforcement des petits producteurs ruraux africains) de ICCO coopération, appuie depuis 2016, six institutions de microfinance et 18 organisations de producteurs du sésame et du karité au Burkina Faso. Le programme STARS est axé sur trois piliers dont l’accès au financement des petits producteurs ruraux impliqués dans les chaînes de valeurs agricoles.

En relation avec ses partenaires des institutions de microfinance, le programme a permis de développer cinq produits financiers adaptés aux besoins en intrants, à la commercialisation et autres besoins liés à la production des petits exploitants ruraux regroupés dans les organisations de producteurs. C’est dans le cadre de ce programme, que l’ICCO coopération a réuni ces six institutions de microfinance partenaires, à Ouagadougou, pour un atelier qui se veut une tribune de sensibilisation et de formation à la pratique de la gestion du risque.

Le représentant-pays de ICCO Coopération et conseiller en microfinance du projet STARS, Sanou Lassina, soutient que tous les jours les institutions font face au risque. « Nos partenaires, les institutions de microfinance, font le crédit avec l’argent des déposants. Alors il faudrait que ceux qui prennent le crédit arrivent à rembourser dans les délais » affirme-t-il. Il ajoute qu’au-delà de cela, elles sont dans un environnement qui peut changer à tout moment et le Burkina lui-même est dans un contexte spécifique.

Ce faisant, affirme-t-il, le risque pour l’institution de microfinance, ne concerne pas uniquement le remboursement du crédit, mais tout ce qui est autour d’elle. Après avoir listé ces différents risques, la nécessité d’envisager comment les minimiser s’impose et c’est en cela que l’ONG se propose de faire un renforcement des capacités pour les membres de ces institutions mais aussi pour les rassurer de sa disponibilité à les accompagner à chaque fois pour que le crédit soit disponible et sécurisé.

La représentante du ministre de l’économie, Biba Corine Nikiema, affirme que la question de l’accès au crédit est une préoccupation pour le gouvernement. C’est dans ce sens qu’il a adopté en avril 2019, la Stratégie nationale de la finance inclusive (SNFI) dont l’objectif global est de porter à 75% à l’horizon 2023, le taux de la population adulte qui a accès aux produits et services financiers, notamment le crédit. C’est dans la même lancée qu’il soutient l’initiative STARS qui va contribuer à l’atteinte des objectifs en matière d’inclusion financière au Burkina Faso. Cette formation en matière de gestion du risque, explique-t-elle, permettra de promouvoir le financement notamment pour le secteur agricole, qui est le secteur dans lequel le crédit fait défaut pour les ruraux.

Le secrétaire général de l’association professionnelle des systèmes financiers décentralisés, Abdou Rasmané Ouédraogo a déclaré : « Nous soutenons sans réserve cet atelier qui permettra à l’ensemble de nos membres présents de se faire une connaissance sur l’évolution des risques dans le temps et surtout les dispositions prises aux plans international et sous régional pour les gérer ». Il en remercie, au nom de la présidente de l’association, ICCO Coopération pour cette initiative.

ICCO coopération, selon la directrice régionale Afrique de l’Ouest, Leena Lindkvist, est une ONG de développement néerlandaise créée en 1994. Elle est présente dans 36 pays à travers le monde dont le Burkina Faso avec son bureau régional Afrique de l’Ouest installé à Bamako. Elle œuvre dans les domaines du développement économique, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la gestion des catastrophes naturelles. Ses principales activités, renchérit-elle, renferment plusieurs volets dont l’inclusion financière, le développement et la promotion des systèmes de production agricole résilients au changement climatique. Au Burkina Faso, elle développe le programme STARS en partenariat avec la fondation Mastercard, le programme Innover pour impacter la filière sésame (IFIS) en partenariat avec la coopération danoise et le projet d’appui à la diversité biologique et à l’économie verte en partenariat avec la Loterie nationale des Pays- Bas.


Source: Lefaso.net

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0