Burkina Faso académie de création et d’éveil scientifique : Une vingtaine d’enfants au contact de la technologie

Burkina Faso académie de création et d’éveil scientifique : Une vingtaine d’enfants au contact de la technologie

my-portfolio

L’Académie de création et d’éveil scientifique a procédé, le samedi 10 août 2019, à une remise de diplômes à des enfants qui ont pris part à la formation qu’elle a initiée sur la programmation scientifique à Ouagadougou. Pendant dix jours, les participants (une vingtaine environ) ont bénéficié de formations pratiques portant sur « le drone ». La remise des diplômes s’est faite en présence des parents, qui ont eu droit à quelques démonstrations.

Artisanat minier au Burkina Faso : Un forum national pour renforcer la contribution du sous-secteur à l’économie nationale
Riverstone Karma SA, recherche, au profit du département Approvisionnement, des candidatures internes pour le recrutement de :
Lutte contre la désertification : Investir dans la terre pour une croissance économique

Programmer des dessins animés, programmer un drone, le démonter, le remonter et comprendre son fonctionnement ; ce sont entre autres les modules de formation pratiques auxquels ont eu droit les participants de la première édition du programme de formation en programmation informatique. Ils étaient des enfants, une vingtaine environ, dont l’âge est compris entre 7 et 17 ans, à bénéficier de ce programme de l’Académie de création et d’éveil scientifique.

« En dix jours, le résultat est incroyable ; les enfants ont des talents cachés et nous savons les aider à les exprimer », s’est réjoui le promoteur de l’Académie de création et d’éveil scientifique, Younoussa Sanfo, à l’occasion de la cérémonie de remise des diplômes aux participants de cette première édition, tenue le samedi 10 août 2019 au Palais des sports de Ouaga 2000.

Les formations se sont déroulées autour du thème « Le drone ». L’objectif, selon Younoussa Sanfo, est d’inculquer très tôt la pensée algorithmique aux enfants pour leur permettre d’être aptes à s’adapter à toute situation à laquelle ils feront face à l’âge adulte. « Nous leur apprenons à intégrer une démarche qui leur permet de synthétiser et de simplifier tout sujet auquel ils feront face », a-t-il déclaré.

Cette première programmation informatique, lancée en août 2019, s’effectue en plusieurs éditions pendant les vacances sous le nom de « Camp vacances 2019 ». « Ils ont appris à piloter un drone mais aussi à le démonter, le remonter, comprendre son fonctionnement et s’initier à la programmation informatique pour faire voler un drone en lui donnant des instructions. Ils ont également programmé un dessin animé en déplaçant des personnages, en les animant à travers des mouvements, des sons et des environnements. Mais pour cela, ils ont auparavant imaginé un scénario », explique en substance Younoussa Sanfo. Il ajoute qu’il s’agit pour la structure d’apprendre la programmation informatique aux enfants, mais pas d’en faire des informaticiens.

« Dans leur apprentissage, ils ont aussi été initiés aux mathématiques en dessinant des carrés, des rectangles et des triangles avec de petits chats », a poursuivi le promoteur, qui estime qu’il faut connaître les propriétés du carré, du rectangle ou du triangle avant de pouvoir les construire.

Younoussa Sanfo déclare que ceux qui sont présents à cette première édition vont prendre part à d’autres éditions. Au bout de la cinquième édition, la notion d’intelligence artificielle sera introduite chez les enfants. Avec cette notion d’intelligence artificielle, les enfants seront aptes à faire plusieurs choses avec un drone et à comprendre le mécanisme de fonctionnement d’une simple machine. M. Sanfo est persuadé que la technologie reste un mystère pour beaucoup de Burkinabè. En initiant dès le bas âge les enfants à l’intelligence artificielle, ils pourront utiliser la technologie autrement, voire être des concepteurs. C’est pourquoi, « nous encourageons les parents à mettre très tôt les enfants en contact avec la technologie afin d’en faire des utilisateurs éclairés capables de devenir de futurs concepteurs et non des consommateurs obscurs », a-t-il lancé.

Andéline Ouédraogo, 16 ans participante

Andéline Ouédraogo, 16 ans participante

Il conclut que « notre ambition ultime est d’inciter les autorités de l’enseignement de base à intégrer l’enseignement de la programmation informatique dès l’école primaire. Nous souhaitons que cela se fasse dans les cinq prochaines années ».

André Eugène Ilboudo, représentant des parents, a apprécié le programme. Pour lui, pendant les vacances, il est important d’inscrire son enfant à des programmes de ce genre. Il espère aussi que la programmation informatique sera prise en compte dans le système éducatif national pour que les enfants apprennent très tôt la technologie.

Etienne Lankoandé

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :