Assistance humanitaire dans le Sahel : Le CICR apporte 9 milliards de F CFA supplémentaires

Assistance humanitaire dans le Sahel : Le CICR apporte 9 milliards de F CFA supplémentaires

my-portfolio

Après sa tournée au Mali, au Niger et au Burkina Faso, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, a animé, le lundi 14 septembre 2020 à Ouagadougou, une conférence de presse pour faire le point des besoins humanitaires de la région et annoncer les solutions à y apporter. Pour toute la région du Sahel, le CICR a souligné la nécessité d’augmenter l’assistance pour atténuer les conséquences humanitaires et les risques climatiques.

Exploitation minière : B2 Gold, une société à l’écoute de sa communauté d’accueil
Filières économiques porteuses : La bonne moisson du Réseau des producteurs de beurre de karité
Zéro surface désertique : Une grande opération de reboisement se peaufine à Kaya

A l’entame de cette rencontre avec les journalistes, Peter Maurer a rappelé que le Burkina Faso compte plus d’un million de personnes déplacées, dont 60% d’enfants. Dans le conflit armé que traverse le pays, les civils payent le plus lourd tribut. Ainsi, plus de 4 660 personnes ont péri au premier semestre de 2020, selon les données du Project Armed Conflit & Event Data (ACLED). L’intensification des violences a entravé l’accès aux services essentiels, notamment les soins de santé, et a mis à mal une économie déjà fragile.

Le CICR se dit extrêmement préoccupé par les niveaux de violence et rappelle que la population doit être protégée et épargnée en vertu du Droit international humanitaire (DIH). « Partout dans le monde, les budgets des Etats sont mis à mal par les répercussions du Covid-19 sur la santé et l’emploi. Or, cette région a plus que jamais besoin d’aide pour atténuer les conséquences désastreuses », a souligné le président du CICR, Peter Maurer.

Le président du CICR, Peter Maurer

Ainsi, le CICR a décidé de mobiliser 9 milliards de F CFA pour accroître son budget opérationnel pour la région du Sahel. Ces fonds seront consacrés à renforcer la protection des civils, soutenir la fourniture de services essentiels et aider les communautés touchées par la violence à rétablir leurs moyens de subsistance. Pour le CICR, l’accès aux soins de santé est essentiel dans un contexte de conflit et de pandémie. Or, au Burkina, 14% des établissements de santé sont fermés ou ne fonctionnent que partiellement.

Des journalistes lors du point de presse

A cela s’ajoute l’accès humanitaire difficile aux communautés touchées par les violences. Ce qui fragilise davantage les personnes déjà vulnérables. « Au Centre-Nord, les besoins sont exponentiels et sont grandissants, et la possibilité de réponse ne l’est pas encore. Mais des réponses doivent être apportées », a indiqué Peter Maurer.

En plus de cette crise sécuritaire, la question des effets du changement climatique a été évoquée. Pour le CICR, les phénomènes météorologiques imprévisibles comme les inondations qui touchent actuellement la région, exacerbent aussi les tensions intercommunautaires et la violence.


Source: Lefaso.net

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :