25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace

25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace

my-portfolio

Le président de la commission de l’UEMOA, Boureima Abdallah, s’est adressé à la presse nationale et internationale, le vendredi 10 janvier 2020, à travers une conférence de presse tenue au siège de l’UEMOA. Boureima Abdallah s’est voulu un peu plus précis sur les raisons de cette conférence, qui se déclinent en trois axes, le bilan de la célébration des 25 ans de l’institution, le bilan de l’édition 2019 de la revue annuelle de l’UEMOA et enfin le bilan de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’UEMOA, tenue à Dakar au Sénégal.

Campagne cotonnière 2020-2021 : L’Association interprofessionnelle du coton du Burkina prévoit 550 000 tonnes de coton graine
1re édition du SIA : L’arbre, ‘’indispensable à la survie de l’humanité‘’
Patrimoine mondial de l’UNESCO : Un 2e site burkinabè inscrit

Créée le 19 janvier 1994, l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a célébré ses 25 ans d’existence en 2019 sous le thème : « 25 ans de progrès vers l’intégration régionale : ensemble, relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens ». Le 10 janvier 2019, l’évènement a été solennellement célébré à Ouagadougou en présence du président en exercice de l’UEMOA, Alassane Dramane Ouattara et de nombreuses personnalités.

Comme moments mémorables de ce 25e anniversaire, le président de la commission Boureima Abdallah, a relayé le message du président en exercice de l’UEMOA, à l’adresse de toutes les populations de la zone, la veille de la célébration de l’évènement. Le président Ouattara avait rappelé la nécessité de consolider les acquis de l’intégration, invité les États membres à plus d’engagement pour une Union encore plus dynamique, plus prospère et tournée vers l’union des peuples et a rappelé les défis de la transition vers l’Eco et de la libre circulation des personnes et des biens mis aujourd’hui à mal par le contexte sécuritaire assez particulier.

Le président de la commission a aussi noté une forte mobilisation des autorités nationales et d’anciens responsables de l’institution pour la cause de la célébration des 25 ans de l’institution et un intérêt manifeste des populations pour le renforcement des acquis de l’intégration, qui exigent même que l’Union en fasse un peu plus. « Les populations en font plus dans beaucoup de domaines, que nous-mêmes institution. Elle a franchi beaucoup de barrières dans l’espace », dit-il. Enfin dans le cadre de ces 25 ans, le président de la commission a noté l’organisation du forum scientifique, les 7 et 8 octobre, sur le thème « UEMOA, 25 ans : ensemble, relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé » qui a réuni plus de 200 personnes.

Dans le cadre de la revue annuelle des politiques, réformes, projets et programmes communautaires de l’UEMOA, Boureima Abdallah affirme qu’elle a été une décision politique qui a été la bienvenue. Des objectifs, en matière de réformes et politiques communautaires qui étaient latents pendant plusieurs années, ont pu être atteints dans un délai très court. Beaucoup d’éléments de cette revue, couvrent les objectifs du pacte de convergence, qui était à son terme en 2019. Notamment les critères de gouvernance et de convergence macroéconomique, la construction du marché commun et les politiques sectorielles.

Cette revue est partie du constat amer que la mise en œuvre de la règlementation, qui a été mise en place au milieu des années 1990 de manière laborieuse et consensuelle, était en souffrance. Donc il a fallu la revue, pour pouvoir aller très rapidement. C’est l’exemple des politiques sectorielles qui étaient en dessous de 15% au moment du diagnostic et ont atteint plus de 80% en 2019.

Pour finir, le conférencier a annoncé que la conférence des chefs d‘Etat et de gouvernement à Dakar a pris la décision d’appuyer la lutte contre le terrorisme dans les trois pays les plus touchés de l’espace communautaire (le Burkina, le Mali et le Niger), à travers une contribution à hauteur de 100 millions de dollars au niveau de la CEDEAO et d’instituer un fonds régional de sécurité. Il précise que l’UEMOA n’est pas devenue un organisme qui lutte contre l’insécurité, d’autres institutions existent à cet effet ; mais, conclut-il : « il est aussi certain qu’il n’y a pas de sécurité dans la pauvreté et l’action va être orientée dans ce sens ».

L’UEMOA a été portée sur les fonds baptismaux le 10 janvier 1994, d’où le choix de cette date pour capitaliser les acquis des 25 ans d’intégration économique auprès de la presse, soutient le président Boureima Abdallah. Les défis pour cet espace, sont les coûts élevés de l’énergie et du transport, qui le rendent moins compétitif.


Source: Lefaso.net

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :